La génèse

Ça faisait longtemps qu’on en parlait (du voyage)…. mais, la vie est telle qu’elle est, des fois c’est le temps qui nous manque, d’autres fois l’argent.  Pis des fois ben ca prends juste un boulanger un peu téméraire pour te régler une situation (tu comprends pas. je le sais on va y revenir).

Toujours est-il qu’on est une « famille militaire » qui se fait un peu « barouetter » depuis quelques années.  Ma dernière mutation a été plus difficile. Réussir à vendre la maison a été toute qu’une aventure (1 an et demi) et pendant tout le temps de sa mise en vente, je devais voyager 600 Km tous les vendredi pour voir mes enfants, pelleter la cour, tondre le gazon et repartir le dimanche laissant ma Julie seule avec 3 Terre-O-Ristes (3-5-6 ans) et enceinte d’un 4 ème (elle a appris à négocier avec les Terre-O-Ristes).

Bref, un plaisir incessant.

Mais, un jour, juste pour améliorer notre situation, un homme d’affaire, Boulanger prospère de surcroit a décidé d’acheter l’ensemble de mon voisinage et de l’abattre pour y construire la plus grosse usine à pain baguette du comté de Portneuf (c’est là je restais).  Beau projet, mais pas à coté de chez nous. Pas à côté de chez nous, direct dans ma cour…encore mieux. Au moins le Boulanger, « y’était » correct, « y’avait » l’intention d’acheter notre belle maison ancestrale de 1880 complètement rénové aussi pour son projet….pis pour des peanuts, des arachides quoi (« st’un » français).

 

Où je m’en vais avec ça (relaxe ca s’en vient)?

Dans vie, rien arrive pour rien.  On a finalement vendu au Boulanger prospère mais pour des pistaches (un peu plus moins pire que des peanuts) et tout se synchronisait pour que l’on soit sans domicile fixe dans un avenir rapproché (le meilleur temps pour voyager).  Mon 4ème allait naître et après une année de fou à voyager 2000 Km par semaine je m’apprêtais à prendre 9 mois de congé parental (du temps pour voyager). On a donc commencé à rêver et commencé à planifier un voyage de 6 mois autour des États-Unis.  Après avoir vendu notre maison notre intention était de ne pas racheter immédiatement et attendre au retour du voyage. Il fallait donc vider la maison, entreposer notre ménage dans un gros, gros cabanon (ou 23 petits selon la disponibilité du gros gros), déménager dans notre roulotte en septembre en attendant l’arrivée du 4ème Terre-O-Riste, s’enfuir au sud pour pas qu’on « pogne » une pneumonie. Après, il fallait revenir 3 mois avant la fin du congé se trouver une maison, retrouver la clé du gros gros cabanon (ou des 23 petits…yisch) et se déménager sur 600 Km avec 4 Terre-O-Ristes dont un aux couches qui commence à manger du solide (beurk). Bon plan.

Finalement, on a vendu le jeudi et le vendredi après-midi on avait acheté une maison à rénover avec un bébé de 2 jours (très bon plan)…Beaucoup de suite dans les idées.

6 mois plus tard, les rénovations finies et le portefeuille sérieusement atteint (je vais aller vendre mes vides et on va être correct), on est prêts à partir, il me reste 3 mois de congé parental et bien c’est mieux que rien!

Mais, qui aurait cru que notre rédemption viendrait d’un coup de baguette…magique